Skip to content

Clarification au « Kloertext » sur les religions

8 février 2016

J’aimerais faire deux clarifications l’une conceptuelle et l’autre statistique à propos du débat Kloertext.

Clarification conceptuelle:  laïque ou laïciste ?
Le choix des mots a son importance dans un pays bilingue, il faut faire attention aux chausse-trappes des faux frères. Cette confusion doit provenir de l’usage du mot Laizist en allemand ( repris texto en luxembourgeois) qui veut dire laïcité en français, mais qui est mal traduit par laïciste.
A part Monsieur Hoffmann, philosophe, personne n’a relevé cette confusion lors de l’émission qui risque de polluer inutilement un débat déjà passablement compliqué.
Rappelons brièvement que laïcisme relève d’un courant de pensée qui cantonne l’expression religieuse à la sphère privée et qui n’a donc pas vocation à proliférer dans l’espace public ou à s’extérioriser dans l’exercice de la puissance publique (administration, écoles etc.). Cette position compte encore de nombreux soutiens ici comme ailleurs.
La laïcité en revanche préconise un arrangement institutionnel, souvent légal, qui protège également toutes les formes licites de croyances (et les non-croyants) . La définition juridique officielle de l’Observatoire de la laïcité en France, présidé par un ancien Ministre, énonce clairement : « La laïcité n’est pas une opinion parmi d’autres mais la liberté d’en avoir une. Elle n’est pas une conviction mais le principe qui les autorise toutes, sous réserve du respect de l’ordre public » .

Nous pâtissons, au Luxembourg, d’un manque de clarté sur ce qu’on entend par le principe de neutralité de l’Etat, sur la portée de la séparation de l’Etat et de l’église. Il nous faudrait définir notre propre définition de la laïcité. En tout cas, il est préféarable d’ utiliser le terme français laïque plutôt que l’allemand Laizist si on veut éviter des confusions délétères.

Clarification statistique

Lors du débat, la modératrice, Madame C. Maart a avoué qu’on n’avait pas de chiffres et qu’un micro- trottoir n’était pas une source scientifiquement solide . Un participant s’est hasardé à lancer une statistique sortant d’une enquête de feu le CEPS, datant de 2008…. Personne n’a relevé qu’on parlait de choses – le fait relgieux –  dont on ignore l’essentiel.
On peut s’étonner du peu de cas qui est fait de l’indigence de statistiques, de l’absence  d’études sur le phénomène religieux (croyances, pratiques), alors que l’on se propose d’ enseigner le fait religieux dans nos écoles !

J’avais proposé il y a quelque temps de créer un observatoire des religions, de la spiritualité et de la laïcité qui aurait pour tâche, entre autres, de produire des chiffres sur les différentes dimensions des croyances religieuses.
Sans un tel outil il est difficile de suivre et de comprendre d’éventuelles tendances à la radicalisation des jeunes, qui existent bel et bien également dans notre pays, si on ne se donne pas les moyens de comprendre le milieu religieux dans lequel ils baignent. Comment comprendre l’émergence de jeunes djihadistes dans notre pays si on garde le secret sur la religion,  les croyances et leurs possibles dérives?

From → Uncategorized

2 commentaires
  1. Fernand Weides permalink

    Serge, si tu as proposé un observatoire sur les religions, est-ce qu’il ne faudrait pas aussi un observatoire sur les cultures pratiquées au Luxembourg? On est en manque de statistiques avant les « assises culturelles ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :